AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous soutenons pleinement l'action entreprise par W.R.S Radio que vous trouverez sur http://wrs.monsiteradio.com

Partagez | 
 

 Année 1957

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarParaTDMAdminAdmin
Messages : 616
Date d'inscription : 09/04/2010
Age : 45
Localisation : Haillicourt - Pas de Calais
MessageSujet: Année 1957   Jeu 15 Juil - 13:30

1 Janvier :
Effectifs de l'armée 308.000 hommes.

3 Janvier :
Une bombe FLN explose dans le bus Alger Hydra faisant un mort et 13 blessés.
- Six personnes dont 2 hommes, 3 femmes et un enfant, sont tués dans le train Oran Relizane, par un commando FLN.

4 Janvier :
Le FLN lance un nouveau slogan : « Qui n'est pas avec nous est contre nous. »

6 Janvier :
Après l'arrestation de terroristes communistes européens (PCA) Abdelkader Guerroudj, leurs chef pour la région algéroise est arrêté à son tour.

7 Janvier :
Le général Massu commandant la 10° Division Parachutistes (10°DP), reçois une délégation de pouvoir pour assurer le maintien de l'ordre à Alger.
En fait le préfet d'Alger confie les pouvoirs de police au Général Massu, qui fait appel au capitaine Aussaresses pour éradiquer le terrorisme à Alger.

8 Janvier :
Dans la Casbah à 3 heure du matin, les paras investissent les logements, et arrêtent 1.500 suspects, (collecteurs de fond, etc.) qui vont permettre de remonter la filière des poseurs de bombes.


9 Janvier :
Une bande rebelle accrochée prés de Tizi-Ouzou, perd 18 tués et 5 prisonniers.


11 Janvier :
Franz Fanon médecin chef de l'hôpital psychiatrique de Blida (Joinville) est expulsé d'Algérie pour ses sympathies pros FLN.

15 Janvier :
Jacques Chevalier, le Maire d'Alger et ancien Secrétaire d'état à la défense, intervient et fait libérer de nombreux FLN qui n'ont pas été arrêté avec des armes. Il obtient également le rappel en métropole de treize commissaires qu'il juge trop AF.

16 Janvier :
A l'état major à Alger, attentat au bazooka contre le général Salan, qui est deja parti, mais son chef de Cabinet, le Commandant Rodier est tué.
Cet attentat est l'œuvre de l'ORAF, un mouvement de contres terroristes européens d'Algérie qui ont été manipulés.
Michel Frechoz et Philippe Castille qui a effectué la mise a feu seront arrêté quelques jours plus tard et condamné à 12 ans de prison, mais il s'évaderont.
En 1961 Castille, JC. Perez et les autres auteurs de cet attentat se retrouveront tous au coté de Salan dans l'OAS.


17 Janvier :
A Alger un tract, FLN, donnant des consignes de lutte et annonçant la grève générale pour le 28/01, dit en substance : « Frères musulmans, tous les partisans appartenant au FLN auront à détruire et à exterminer tous les Européens, y compris les enfants. »


26 Janvier :
Danielle Minne, Fadilla et Djamila Bouazza, du FLN, déposent des bombes, à l'Otomatic, à la Cafétéria et au Coq Hardi en plein centre d'Alger, faisant 5 morts et 39 blessés graves parmis les consommateurs.

27 Janvier :
Daniel Timsit et Giorgio Arbib, qui fabriquaient des explosifs, pour les terroristes du PCA, sont arrêtés.


28 Janvier :
Danièle Minne et sa mère ainsi que madame Netter qui a amené la bombe de l'EGA à Yveton, toutes 3 membres du PCA, sont arrêtées.
- Grève générale insurrectionnelle, illimitée décrétée par le FLN.
- Les militaires, vont chez les grévistes des services publics et les emmènent sur leurs lieux de travail.. Ils obligent les commerçants à ouvrir leurs commerces, et en ouvre certains par la force.
Sur les chantiers de construction en grève, l'armée arrête toute personne qui n'a rien a y faire (piquets de grève FLN), et les utilise au ramassage des poubelles ou comme dockers sur le port.
Ils seront rémunérés comme tels.
C'est un échec pour le FLN.


29 Janvier :
170 Fellaghas sont tués aux frontières.


1 Février :
Effectifs de l'armée est de 396.000 hommes.

5 Février :
Henri Alleg, directeur d'Alger Républicain, le journal du PCA, est arrêté pour menées FLN. Il reprendra la direction du journal après l'indépendance mais sera obligé de quitter l'Algérie pour la France en 1965.

10 Février :
A Alger Djouher Akhor, une lycéenne de 17 ans dépose une bombe au stade municipale pendant une rencontre de football, faisant 2 morts et 15 blessés, le même jour Baya Hocine 16 ans dépose, elle, 2 bombes au stade d'El-Biar qui feront 11 morts et 10 blessés parmis les spectateurs.


12 Février :
Yveton, le membre du PCA, qui avait déposé une bombe à l'usine à gaz d'Alger, est guillotiné à, Barberousse, la prison d'Alger.

15 Février :
Les hommes du colonel Bigeard récupèrent, sur renseignements, 25 bombes FLN, et arrêtent de nombreux « chimistes ».


16 Février :
Les militaires Français récupèrent 26 Bombes de 1 kg dans la casbah.


17 Février :
Ben M'Hidi le chef de la ZAA, est arrêté par les parachutistes.

- Toujours sur renseignement 9 nouvelles bombes et un laboratoire de fabrication sont découvert.

18 Février :
Découverte de 20 bombes dont une de 25 kg.


19 Février :
Découverte de 7 bombes. Ce sera en tout plus de 90 bombes qui seront saisies entre le 28/01 et 19/02/57.


22 Février :
Ben Khedda, Krim, Abane et Dahlab, les 4 rescapés du CCE quittent Alger, pour Blida, à bord d'une voiture conduite par une Européenne, femme d'un médecin algérois arrêté quelques jours plus tôt, ils rejoindront le Maroc et pour Krim et Ben Khedda, la Tunisie.

28 Février :
Au cours d'une embuscade prés de Dupleix, le 22° RI a 23 Tués.


3 Mars :
Au cours d'un violent accrochage, 50 rebelles sont tués dans le djebel Amour prés d'Aflou.

4 Mars :
7 rebelles sont tués prés de Fort National en Grande Kabylie.
- Ben M'Hidi le chef de la ZAA est retrouvé pendu dans sa cellule à Alger.


10 Mars :
Le général de Gaulle arrive à Colomb-Bechar pour une tournée, privée, au Sahara. A Robert Lacoste et Raoul Salan qui l'on accueilli, il déclare : « Le problème algérien ne se résoudra pas sans de Gaulle. »

12 Mars :
A l'occasion de la visite, de de Gaulle aux mines de charbon de Kenadsa, le bachaga Cheik Ben Abdallah, lui déclare : « Vous représentez notre espoir comme en 40. » L'après midi, le général se recueil, sur la stèle élevée à la mémoire du général Leclerc à l'endroit où son avion s'est écrasé en 1947.


14 Mars :
Visitant les gisements de fer de Fort Gouraud, de Gaulle déclare : « L'ensemble saharien est la chance de la France et peut être celle du monde. »

15 Mars :
Les députés mendésistes (Mendés France), déposent un projet de partition pour l'Algérie.

17 Mars :
A Hassi Messaoud de Gaulle déclare : « Ces richesses pétrolières vont changer les conditions matérielles et morale de la France. »

18 Mars :
Devant les attaques du FLN et de l'armée française, que subit le maquis MNA commandé par Bellounis, ce dernier se rapproche des français pour conclure un accord anti-FLN.

19 Mars :
Le réseau de barbelé de la frontière marocaine est miné et électrifié.


20 Mars :
Salan crée les EMSI, Équipes Médico-Sociales Itinérantes, qui parcourent le bled pour soigner les enfants, et les femmes et apporter une assistance sociale aux plus démunis.

21 Mars : - A Cannes, quatre « Rappelés » récemment libérés créent « l'Amicale des Anciens Combattants d'AFN » mais le terme "Combattants" leur ai été refusé par la préfecture, il sera remplacé par Militaires et deviendra l'Amicale des Anciens Militaires en AFN.

23 Mars :
4 marins, Européens, du chalutier « Marc Eric » du port de Beni Saf, sont égorgés par les 3 marins musulmans. Le mousse, âgé de 15 ans est attaché à l'ancre. Ils sont tous les 5 jetés par dessus bord.

22 Mars :
François Mitterrand, ministre de la justice, informe dans une lettre écrite à Guy Mollet les dérives, tortures et exécutions sommaires, qui ont cours en Algérie.

25 Mars :
Rue Kœchlin, à Bab el Oued, dans les anciens locaux du journal communiste « Alger Républicain » , Madame Massu ouvre un « Centre jeunesse » destiné aux jeunes musulmans défavorisés, les « yaouled ».Leurs assurant gîte, couvert et formation professionnelle.

29 Mars :
Pour marquer son désaccord sur les méthodes employées par l'armée, Paul Teitgen, secrétaire général de la préfecture d'Alger, remet sa démission à Robert Lacoste, qui la refuse.

31 Mars :
Le bilan de la 10° DP, depuis le 20 janvier, est de 1 827 membres du réseau terroriste d'Alger arrêtés, 812 armes, 88 bombes, 200 kg d'explosif et 166 grenades récupérés, les militaires ont eu 2 tués et 5 blessés.


9 Avril :
Djamila Bouhired, qui vient d'être arrêtée par une patrouille est blessée par Yacef Saadi, qui a ouvert le feu sur les militaires et leur prisonnière. La poseuse de bombe de la brasserie l'Automatic est porteuse de nombreux documents et son interrogatoire va permettre de mettre la main sur des bombes et des armes.

17 Avril :
Rue Polignac à Alger, prés de leur cantonnement, deux paras sont tués par des terroristes; de leur propre initiative, une quarantaine d'appelés parachutistes investissent le bain maure, où se sont réfugié les auteurs de l'attentat et ouvrent le feu sur les musulmans qui s'y trouvent faisant 20 morts et autant de blessés.


30 Avril :
Le Procureur de la République, d'Alger adresse un courrier aux OPJ d'Alger, pour se plaindre de ne pas recevoir TOUS les PV d'auditions des personnes arrêtée; que les gardes a vu durent trop longtemps; qu'elles sont effectuées dans des lieux contrôlés par les militaires, ce qui n'est pas légal, et déclare : « Ces errements sont incompatibles avec les principes qui dirigent l'action de la police judiciaire. »

2 Mai :
Prés de Gallieni, 42 rebelles sont tués au cours d'une opération.
- A Constantine, au marché Négrier, un attentat FLN à la grenade, fait 1 mort et plus de 25 blessés.

3 Mai :
A Lyon, les pompiers maîtrisent après plus d'une heure d'effort, l'incendie volontaire d'un baraquement abritant des travailleurs nord africains.

4 Mai :
Le secrétaire d'état, Eugène Thomas, déclare : « En France, il y a trop de cœurs sensibles qui crient à l'horreur quand le sang est versé…à condition que ce ne soit pas du sang français. »

5 Mai :
Un accord est conclu entre l'armée française et Bellounis (MNA), qui s'engage à fournir des renseignements sur le FLN, et à ne pas s'attaquer aux forces françaises, en contrepartie il recevra du matériel et des vivres. Son maquis fort d'un millier d'hommes s'implante fortement dans la région d'Aumale, au détriment du FLN dont il récupère les rebelles dissidents. Son maquis, qu'il baptisera ANPA, atteint un effectif de 1.500 hommes. Mais les exactions de Bellounis (enlèvement d'européens, assassinats de musulmans, collectes d'impôts sur la population locale, enrôlement forcé de jeunes musulmans etc. …) ne sont pas du goût des militaires français qui finiront par l'éliminer.

6 Mai :
Le 5° Bureau, de l'armée française, met au point une stratégie pour déstabiliser le FLN, Il s'arrange pour que des petits militants FLN, arrêtés, prennent connaissance de documents (faux), selon lesquels des maquisards FLN, travaillent pour l'armée française. Une fois relâchés ces militants s'empressent d'aller dénoncer les soi disant traîtres, qui sous l'action de la torture s'accusent de tous les crimes et dénoncent d'autres personnes. Les purges FLN qui s'ensuivront feront des milliers de victimes parmis les maquisards. Cette « espionite » durera plus d'un an et favorisera les ralliements après le 13 mai.

8 Mai :
L'aviation française détruit un émetteur radio, FLN, à Saïda en territoire marocain.

17 Mai :
L'épouse du Préfet de Strasbourg est tuée par l'ouverture d'un colis piégé, adressé au préfet par le « Nord Afrikaner Club » (NAC) un organisme allemand qui soutient le FLN.

19 Mai :
La prime de risque et de bivouac, qui est versée aux appelés d'Algérie est supprimée pour la classe 56/2C.


20 Mai :
Un décret divise les 4 départements du nord en 12 et celui du sud en 2 soit 14 départements pour l'Algérie. Les communes mixtes sont érigées en communes de plein exercice.

21 Mai :
Le Gouvernement Guy Mollet est renversé.
- Un détachement du 5° BTA tombe dans une embuscade prés de Médéa, un capitaine et 10 tirailleurs sont tués, les rebelles ont 1 mort et 2 blessés.

23 Mai :
Le 3° RPC de Bigeard à la poursuite des HLL responsables de l'embuscade du 21 mai, les accroche à Agounennda, le bilan, après 48 heures de combat, est de 96 tués et 12 prisonniers chez les HLL, et 8 tués et 29 blessés coté paras.

28 Mai :
Sur ordre de Mohamedi Saïd, ( ancien de l'abwer, le renseignement allemand pendant la seconde guerre mondiale) commandant de la willaya 3, les civils musulmans de Mechta-Kasbah, hameau prés de Melouza, en Kabylie, sont tués, par une compagnie commandée par le capitaine, Arab, faisant plus de 300 morts et 150 blessés parmi les habitants. Le FLN tentera de faire imputer ce massacre aux militaires français.

29 Mai :
Lors de la finale de la coupe de France de football, Ali Chekkal , ancien Vice Président de l'Assemblée Algérienne, qui se trouve aux coté du Président René Coty, est tué au stade de Colombes à Paris, par le FLN. Son agresseur, que la foule est en train de lyncher, est sauvé par la police.

1 Juin :
A Wagram prés de Saïda, 35 musulmans sont tués par le FLN.

2 Juin :
Le sénateur J. F. Kennedy, futur Président des États-Unis, qui sera assassiné en 1965 à Dallas, déclare : « L'Algérie a cessé d'être un problème, exclusivement, français ». Il est d'ailleurs favorable à l'indépendance de l'Algérie.

3 Juin :
A Alger, 3 bombes, FLN, dissimulées dans les poteaux d'éclairage public prés des arrêts de tram et de bus explosent à l'heure de sortie des bureaux, faisant 8 morts et 88 blessés, parmis les civils européens et musulmans.

9 Juin :
Attentat FLN, au Casino de la Corniche prés d'Alger, ou une bombe explose sous l'estrade de l'orchestre, faisant 10 morts et 84 blessés parmis les consommateurs dont la quasi totalité vient de Bab el Oued. Yacef Saadi déclarera, bien plus tard, au cours d'une émission TV en France qu'il avait fait poser cette bombe pour venger Melouza, car il était convaincu que les responsables étaient les Français. Il confirma également que les « tueurs » d'Amédé Frogger, n'étaient pas sous ses ordres.

11 Juin :
Violentes manifestations, à Alger, au cours des obsèques des victimes du Casino de la Corniche, faisant 6 morts, dont 5 musulmans et 49 blessés, dont 2 paras.


12 Juin :
Investiture du gouvernement Bourges Maunoury.
- Henri Alleg, le directeur d'Alger Républicain, l'organe du PCA est arrêté à Alger.

25 Juin :
Un important matériel de fabrication de bombes, et 33 bombes prêtes à fonctionner, sont saisi par l'Armée.

26 Juin :
Sur la demande du général Salan, le ministre André Morice accorde la priorité à la construction d'un barrage électrifié et miné (Ligne Morice) à la frontière Tunisienne. Il sera doublé, au nord de Souk Ahras, par la ligne Challe en juin 58.


2 Juillet :
Aux États Unis, en réponse au Président Eisenhower, reconnaissant que l'Algérie était parti intégrante du territoire français, le sénateur J. F. Kennedy futur Président des USA, qui sera assassiné à Dallas le 22 novembre 1963, se prononce pour l'indépendance de l'Algérie, il renouvellera sa défense de l'Algérie algérienne le 8 juillet.

5 Juillet :
Arrivée à Alger d'une soixantaines de personnes représentantes de la quasi totalité des anciens combattants de France, allant des 14/18 à l'Indochine en passant par les 39/45, et la resistance.

7 Juillet :
A 11 heures devant le monument aux morts d'Alger, et devant l'Arc de Triomphe à Paris, les représentants des anciens combattants français de métropole prêtent le serment suivant : « Uni par leur foi dans la grandeur et l'avenir de la France, dépositaires de l'honneur de la Nation, fidèles au souvenir des Français de toutes origines tombés pour la défense et la libération de leur Patrie commune, deux millions d'anciens combattants de la métropole font, par notre voix en Algérie, terre française, le serment de s'opposer par tous les moyens à toute mesure qui menacerait l'intégrité, du territoire et de l'unité nationale. »

11 Juillet :
Abdelmadjid Chaker, l'avocat de Ben Bella qui sert d'agent de liaison entre le FLN et le prisonnier est arrêté à sa descente d'avion, en provenance de Tunisie, à Orly.

14 Juillet :
Les troupes d'Algérie, qui ont été désignées pour défiler le 14 juillet à Paris font un triomphe sur les Champs Élysée, à Paris.
- Le FLN fait sauter la centrale électrique de Laghouat.

15 Juillet :
Djamila Bouhired, poseuse de bombes FLN, est condamnée à mort.( elle sera graciée et épousera son défenseur M° Verges, puis divorcera).

17 Juillet :
Le colonel Si Chérif, de la willaya 6, à la tête d'une Katiba, forte de 330 rebelles, se rallie à la France prés d'Aïn Boucif dans le sud Algérois. (Il rejoindra la France en 1962 avec certains de ses hommes)

25 Juillet :
3 Terroristes FLN sont exécutés à la prison d'Alger.

27 Juillet :
En représailles aux 3 exécutions du 25, le FLN place 8 bombes à Alger, 3 sont désamorcées à temps, 2 exploseront avec leurs porteurs, dont Berazaouane Saïd qui explose avec la bombe qu'il transporte, au Boulevard de la Victoire au dessus de la Casbah et de Bab el Oued,

28 Juillet :
Le sous lieutenant Ben Cherif déserte avec plusieurs de ses hommes en égorgeant 14 appelés dont 8 musulmans.

5 Août :
7 Européens d'Algérie membre du PCA sont déférés au parquet pour leurs menées terroriste

7 Août :
Le puit de « Tin Essamei » D prends feu. Il brûlera, pendant des semaines avant d'être éteint par un spécialiste texan, Red Adair.

26 Août :
Impasse St Vincent de Paul dans la Casbah d'Alger, les militaires venus arrêter Kamel et Mourad, 2 responsables FLN du réseau bombes, se heurtent à une vive résistance, après plus de 2 heures de siège, 4 rebelles dont une femme sont tués, 32 bombes récupérées, 2 Zouaves ont été tué et 2 autre blessés ainsi que 5 paras.

15 Septembre :
Achèvement du barrage électrifié à la frontière Tunisienne.

20 Septembre :
L'ONU inscrit la question algérienne à son ordre du jour.

22 Septembre :
Farida et Jeanne-marie Francès, qui dirigent le comité de rédaction de la ZAA du FLN sont arrêtées.

24 Septembre :
Arrestation, rue Caton dans la Casbah, de Yacef Saadi, chef du réseau terroriste de la zone autonome d'Alger et de Zohra Drif.. Le colonel Jeanpierre et un adjudant du 1° REP sont blessé par la grenade que le terroriste a lancé pour se défendre au cours de son arrestation.

30 Septembre :
Chute du Gouvernement Bourgès-Maunoury.

1 Octobre :
Effectifs de l'armée 377.000 hommes.

2 Octobre :
Au sud d'Aflou, 2 détachements du 110° RIM tombent dans des embuscades et subissent de lourdes pertes.

3 Octobre :
Incident à Sakiet Sidi Youssef, , un avion de reconnaissance, français, est mitraillé depuis le territoire tunisien.

5 Octobre :
En France, Francis Janson, créateur d'un réseaux d'aide au FLN (les porteurs de valises) entre dans la clandestinité.

8 Octobre :
Rue des Abderamés, dans la Casbah, la cache où se trouve, Ali la Pointe, Hassiba bent Bouali, Mahmoud Bou Hamidi, et Petit Omar un agent de liaison de 13 ans, est localisée par l'armée. Les parachutistes les somment de sortir, mais comme ils refusent, ils mettent une faible charge de plastic pour faire sauter la cloison. La déflagration fait exploser les explosifs entreposés dans la cache et s'effondrer un immeuble voisin, faisant 24 morts et plusieurs blessés dont cinq soldats français.

10 Octobre :
Devant le manque d'enseignants scolaire, l'académie ouvre des centre de formations d'Instructeurs, qui pallieront le manque d'instituteurs en Algérie.

15 Octobre :
Arrestation de Benhamida Abderhamane, le dernier responsable de la Zone Autonome d'Alger.
- La SAS de Melaab est attaquée par les rebelles qui s'emparent de 50 fusils de guerre.

16 Octobre :
Le colonel Godard et le capitaine Léger, sèment le trouble dans les willayas proches d'Alger, en laissant traîner devant des suspects des faux courriers de cadres FLN aux maquis. Les suspects relâchés s'empressent de dénoncer les « traîtres », qui sous la torture avouent n'importe quoi et inventent de nouveaux « traîtres » qui sous la torture….. Les purges qui s'ensuivront feront des milliers de victimes parmi les maquisards.

17 Octobre :
Albert Camus reçoit le prix Nobel de littérature et déclare à propos de l'Algérie : "Ma position n'a pas varié sur ce point et si je peux comprendre et admirer le combattant d'une libération, je n'ai que dégoût devant le tueur de femmes et d'enfants".
"J'ai toujours condamné la terreur. Je dois condamner aussi un terrorisme qui s'exerce aveuglément, dans les rues d'Alger, par exemple, et qui, un jour, peut frapper ma mère ou ma famille. Je crois à la justice, mais je défendrai ma mère avant la justice.".

18 Octobre :
Désertion d'une unité saharienne (60 hommes) qui massacrent les 8 Méharistes européens en partant rejoindre le FLN avec armes et bagages.

19 Octobre :
Le 6° BCA perds 7 tués au cours d'une embuscade prés de Michelet.

30 Octobre :
376 écoles avec 494 « instituteurs, » appelés du contingent, ont été ouvertes depuis 1955 et font la classe à 25 000 élèves dans le bled.

5 Novembre :
Investiture du Gouvernement Félix Gaillard.

6 Novembre :
L'avocat Haït Ahcène, représentant la mission FLN en Allemagne fédérale est tué par l'organisation contre terroriste, la main rouge, à Bonn.

7 Novembre :
Massacre, par le FLN, d'une équipe de recherche pétrolière au Sahara.

9 Novembre :
A la suite de nombreuses exactions contre les pétroliers dans la région de Timimoun, une opération aéroporté est lancée.
- Une incursion rapide au Maroc permet de détruire six campements FLN.


11 Novembre :
Robert Lacoste supprime les sursis non justifiés des étudiants d'Algérie, avec incorporation immédiate dans l'armée.

15 Novembre :
La France proteste, à la suite de la livraison d'armes par l'Angleterre et les USA, à la Tunisie, car ces armes sont en fait destinées au FLN.

21 Novembre :
La Bataille de Timimoun, au Sahara, se solde par 45 rebelles tués et 6 prisonniers, et 12 morts parmis les soldats français.

26 Novembre :
Au cours d'un accrochage, prés de Bordj Bou Arrerridj, une infirmière, Raymonde Peschard membre du PCA, est tuée aux cotés des rebelles.

29 Novembre :
L'Assemblée nationale vote la loi-cadre et la loi électorale de l'Algérie.

30 Novembre :
Le pipe-line Hassi Messaoud Bougie est mis en service.

2 Décembre :
A 42 ans, Bigeard devient le plus jeune Colonel de l'Armée française.

6 Décembre :
A Alger Pierre Lagaillarde, sous lieutenant de réserve, est élu a la tête de l'AGEA

20 Décembre :
Dans « Le Courrier de la Colère » Michel Debré écrit « L'abandon de la souveraineté française en Algérie est un acte illégitime, c'est à dire qu'il met hors la loi ceux qui le commettent et ceux qui s'en rendent responsable ». (Il sera premier ministre au moment de la signature des Accords d'Evian).

26 Décembre :
Attiré au Maroc, Abbane Ramdane (FLN) est exécuté, sur ordre du colonel Boussouf, par ses pairs, une rue d'Alger portera son nom comme martyr de la révolution.

28 Décembre :
Le général Salan note dans son rapport, sur le moral des appelés : « Leur bonne volonté est totale, leur commandement, facile, leur allant fréquemment signalé par les chefs de corps, ils s'exaltent dans l'action qui leur permet de supporter une vie souvent austère et harassante. »

31 Décembre :
Au cours de l'année écoulée, le nombre des écoles ouvertes par l'armée, dans le bled en Algérie, est passé à 376 pour 25.000 élèves, les instituteurs sont toujours des appelés qui se destinent à l'enseignement, ou qui sont titulaires du brevet élémentaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://3rpima.forumactif.org
 

Année 1957

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» l'Ecole Lafayette
» Aéroport d'ALGER en 1957...
» Le quinquina dans les Hôpitaux de la Marine dans les années 1951/1957
» Année Spéciale ou Master pro ?
» IUT Saint-Cloud DUT Année Spéciale - admissions 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le coin des Anciens :: Période AFN 1952 - 1962-